Comment créer sa grille tarifaire quand on est auto-entrepreneur ?

// //

Quand on se lance dans une activité professionnelle indépendante, le premier défi auquel l’on fait souvent face est la fixation des tarifs ; en prestation de service ou non. Un véritable casse-tête, surtout pour les débutants, puisqu’il faut définir une grille tarifaire juste et cohérente par rapport à l’offre, à la clientèle et aux charges. Comment définir des tarifs qui ne découragent pas les clients et assurent une rémunération suffisante ? Quels sont les critères à prendre en compte ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans la suite de cet article.

Les principaux à prendre en compte pour créer sa grille tarifaire

La définition d’une grille tarifaire est une tâche importante que vous devez effectuer avant de vous lancer, même avant la déclaration de début d’activité. Pour vous aider à partir sur de bonnes bases, voici les principaux éléments à prendre en compte dans la mise en place de vos tarifs d’auto-entrepreneurs.

Analyser son marché

La première étape pour établir la grille tarifaire de sa micro-entreprise est d’analyser son marché. En effet, vous devez avoir une idée de ce que proposent les autres professionnels de votre secteur et à quels prix. Pour cela, vous pouvez réaliser une étude de marché en ligne ou en vous rendant sur le terrain. Cela vous permettra d’avoir une idée des prix pratiqués et des services proposés.

Cependant, il ne suffit pas de s’aligner sur la concurrence pour définir un prix cohérent. Il faut se baser sur une bonne analyse. Vous pouvez par exemple dresser un tableau de vos concurrents directs afin d’analyser les tarifs proposés. Pour cela, nous recommandons de prendre en compte l’expertise de chaque concurrent, son offre et les services qui y sont associés.

Définir les coûts à l’activité

Après l’étape de l’analyse de marché, il faut maintenant définir vos coûts. Retenez que votre chiffre d’affaires doit, à minima, couvrir vos dépenses de fonctionnement. L’objectif de cette étape est donc de déterminer votre seuil de rentabilité.

Pour définir les coûts, il est important de prendre en compte tous les frais liés à l’activité de votre micro-entreprise, tels que :

  • les frais de matériel et d’équipement ;
  • les frais de déplacement ;
  • les frais de formation et de certification ;
  • les charges sociales et fiscales ;
  • les charges liées à la location de votre local ou à l’utilisation de votre domicile

Votre grille tarifaire doit donc être pensée de telle sorte à ce qu’elle vous permette de couvrir vos frais et de dégager une rémunération suffisante.

Prendre en compte son niveau d’expérience pour définir une grille tarifaire

Votre niveau d’expérience peut également influencer votre grille tarifaire. Si vous débutez dans votre activité, il est normal de proposer des tarifs un peu plus bas que ceux pratiqués par les professionnels confirmés. En revanche, si vous avez une expérience solide dans votre domaine, vous pouvez proposer des tarifs plus élevés en valorisant votre expertise.

Adapter ses tarifs à sa clientèle

En fonction des clients avec lesquels vous comptez travailler, les tarifs ne seront pratiquement pas les mêmes. Il est donc important d’adapter la grille tarifaire à sa clientèle. Une offre dédiée aux entreprises sera généralement plus élevée qu’une offre dédiée à des particuliers. Il faudra également prendre en compte votre niche et votre positionnement.

Proposer des offres attractives

Pour attirer de nouveaux clients, il est important de proposer des offres attractives. Vous pouvez par exemple proposer un tarif préférentiel pour les nouveaux clients ou encore offrir une remise pour une prestation régulière. Cela permettra de fidéliser votre clientèle et de créer une relation de confiance.

Trouver le bon équilibre

Une chose importante à garder en tête : vous devez faire en sorte de trouver le bon équilibre entre une grille tarifaire attractive pour vos clients et une rémunération suffisante pour vous. Si vos tarifs sont trop élevés, vous risquez de décourager vos clients. À l’inverse, si vos tarifs sont trop bas, vous risquez de ne pas dégager suffisamment de bénéfices pour faire tourner votre activité. Il est donc important de trouver un juste milieu.

Prendre en compte les évolutions de son marché

Enfin, il est important de prendre en compte les évolutions de votre marché. Les tarifs pratiqués peuvent évoluer en fonction de la concurrence, des variations économiques, des évolutions réglementaires, etc. Il est donc important de rester informé et de mettre à jour régulièrement votre grille tarifaire.

Comment calculer ses tarifs ?

définir sa grille tarifaire en micro-entreprise

Voyons maintenant les principaux modes de calculs sur lesquels vous pouvez vous baser, en fonction du type d’activité, pour définir la grille tarifaire de votre micro-entreprise.

La grille tarifaire d’une prestation de service

Lorsqu’il s’agit d’une activité de prestation de service, on se base généralement sur :

  • un tarif horaire : rémunération d’une heure de travail ;
  • un tarif journalier : rémunération pour une journée de travail.

Le choix d’une méthode dépend, entre autres, de la nature de la mission et des modalités d’exécution. Le tarif horaire peut être appliqué par des professionnels qui exercent une activité ou des artisans dans le cadre de missions ponctuelles, par exemple. Quant au tarif journalier, il peut être appliqué dans le cadre de missions plus longues.

Le prix d’un produit

Si l’activité de votre micro-entreprise consiste à la vente de produits, la fixation d’un prix juste et cohérent peut se faire à partir d’un coût de revient. Il s’agit de l’ensemble des dépenses liées à la production et à la commercialisation du produit que vous allez diviser par la qualité de ce qui a été produit. La formule de calcul est donc :

Coût de revient = sommes des charges directes et indirectes/nombres de biens produits.

À ce coût de revient, il faudra maintenant appliquer :

  • une marge bénéficiaire qui varie généralement de 20 à 60 % en fonction du secteur d’activité ;
  • une marge d’environ 10 % au montant obtenu précédemment, pour les périodes creuses sans ventes ;
  • la TVA, en cas de dépassements des seuils de chiffre d’affaires.

Notez cet article !

MicroDesk est un site spécialisé. Nous sommes des experts de la micro-entreprise. De l'actualité, à la création, à la modification et à la gestion quotidienne, nous essayons de traiter tous les domaines et d'apporter nos compétences pour améliorer et contribuer à la connaissance générale. Étant nous mêmes des auto-entrepreneurs avant d'avoir créé notre société, nous avons à cœur d'accompagner nos abonnés dès le tout début de leur aventure. Nous disposons d'ailleurs pour cela d'un logiciel spécialement dédié à toutes les micro-entreprises !

Laisser un commentaire