facebook

Quels impôts auto entrepreneur je dois payer ?

Nouvel article cette semaine dans les fourneaux de MicroDesk ! Cette fois-ci on vous parle de choses qui fâchent, on vous parle imposition, et plus particulièrement des impôts auto entrepreneur !

Plusieurs points auront déjà été évoqué, survolés, étendues, détaillés dans de précédents articles. Nous allons reprendre certains d’entre eux pour constituer ce super-article-super-complet qui couvrira l’ensemble des impôts auxquels vous devez vous attendre en tant que micro !

Prêt ? Non bien sûr. On parle d’impôts. Personne n’est jamais véritablement prêt.

Mais allons-y quand même !

Le calcul de l’impôt sur le revenu

Comment calculer impôts auto entrepreneur ?

Avec le régime classique le calcul d’impôt micro entreprise est base sur un certain pourcentage du chiffre d’affaire suivant les activités :

  • 50% du CA si vous êtes en prestation de service
  • 29% du CA si vous êtes en activité commerciale
  • 66% du CA si vous êtes en profession libérale

L’impôt sur le revenu auto entrepreneur n’est soumis à aucune déclaration fiscale spécifique. Vous devez seulement préciser votre montant brut de chiffre d’affaires dans la case correspondante de votre déclaration sur le revenu.

Le bénéfice imposable, quant à lui, est calculé en appliquant à ce CA déclaré, un coéfficient correspondant à ceux indiqués ci-dessus, et suivant votre type d’activité.

Une fois ce bénéfice forfaitaire déterminé, il est associé aux autres revenus de votre foyer fiscal.

Pour obtenir le montant total de votre impôt, intégrez le revenu total de votre foyer fiscal au barème de l’IR, et le tour est joué !

Téléchargez notre simulateur gratuit impot auto-entrepreneur dans la prochaine section !

Zoom sur le prélèvement à la source pour les micro-entreprises

Quels impôts payer en tant que micro-entrepreneur ? Le prélèvement à la source, le versement libératoire...

Si vous optez pour le prélèvement à la source, sachez que, pour les auto-entrepreneurs contrairement aux salariés, pour qui c’est l’employeur qui prélève directement l’impôt sur le salaire avant de le reverser à l’administration fiscale , c’est sous la forme d’acomptes que cela se présente. Ils sont directement prélevés chaque mois ou chaque trimestre sur votre compte dédié à votre activé de micro-entrepreneur.

L’administration fiscale se base sur la dernière situation connue dans ses services pour calculer ce montant de ces acomptes, auquel elle appliquera un taux de prélèvement.

Qu’est-ce que le versement libératoire de l’impôt sur le revenu ?

Le versement fiscal libératoire permet de payer l’impôt sur le revenu en fonction du chiffre d’affaires encaissé.

Son paiement peut-être mensuel ou trimestriel.

Il est calculé en appliquant un pourcentage au chiffre d’affaires réalisé. Pourcentage qui varie inévitablement suivant le type d’activité.

Pour celles relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), le pourcentage varie de 1% (restauration, hôtellerie…) à 1,7%.

Pour les activités relevant des bénéfices non commerciaux (BNC), il sera de 2.2%.

Afin d’en bénéficier, vous devez d’abord vérifier que vous correspondez à certaines conditions :

  • Avoir le régime microsocial — les cotisations sociales varient suivant l’activité et son prélevées sous forme d’un pourcentage du chiffre d’affaires.
  • Un revenu fiscal de référence (RFR) à N-2 — c’est à dire de l’avant dernière année , qui n’excède pas un certain sueil pour une part de quotient familial. (Le montant est majoré de 50% pour une demi-part, ou de 25% par quart de part supplémentaire.)
  • Un chiffre d’affaires (hors taxe) à N-1 — c’est à dire de l’année précédente —, au plus égal à 170 000€ de pour les activités commerciales, et 70 000€ pour les autres prestataires de services et professions libérales. Dans le cas d’une activité mixte, votre CA annuel de l’année N-1 (hors taxe) nee doit pas dépasser chacun des deux seuils pour les différents domaines concernés.

Exemple : En 2019 (N), votre revenu fiscal de référence (RFR) à N-2 (c’est à dire en 2017), figurant sur l’avis d’impôt de 2018 (N-1), doit être inférieur à 27 086 € par part de quotient familial soit :

  • Seul : 27 086 €
  • Couple (2 parts) : 54 172 €
  • Couple avec deux enfants (3 parts) : 81 258 €

Prétendre au versement libératoire pour vos declarations impôt auto entrepreneur avec versement libératoire, vous devez en informer le RSI, ou bien en faire la demande via le site de l’urssaf.

Info : Le prélévement à la source ne s’applique pas aux micro-entrepreneurs ayant opté pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu.

L’option doit être prise avant le 30 septembre pour les nouvelles entreprises en vue d’une application l’année suivant, et dans les trois premiers mois lors de la création de l’activité de micro-entrepreneur.

Attention tout de même : même avec cette option, le CA de l’année doit être reporté sur la déclaration annuelle des revenus (déclaration complémentaire n° 2042-C PRO

Comment choisir entre les deux ?

Le choix entre l’imposition classique ou celle par versement libératoire est à préférer en fonction des situations personnelles de chacun. Si vous êtes marié ou non, avec des enfants encore à charge, suivant les revenus de votre conjoint… la portée en sera différente.

Cette décision doit être prise en conscience, et dans l’idéal, avec le conseil d’un professionnel ! MicroDesk peut vous accompagner dans cette décision. Nous élaborons régulièrement des audits personnalisés. En étudiant les deux régimes, sur la base de votre situation, nous pourrons produire un comparatif de ceux-ci afin de motiver votre choix de rester à l’actuel, ou celui de souscrire au versement libératoire de l’impôt sur le revenu.

Nous avons presque fait le tour de tous les différents impôts pour auto entrepreneur. Voici un petit dernier que vous devez bien connaître maintenant ! Son petit surnom ? La Cotisation Foncière des Entreprises, ou CFE !

Les autres impôts auto-entrepreneur : La CFE !

Nous sommes déjà rentrés dans le détail de cet autre impôt pour auto entrepreneur un peu particulier dans un précédent article, mais un petit rappel ne fait pas de mal !

CFE : Explication

La CFE (anciennement taxe professionnelle), est incluse dans la CET (Contribution Économique Territoriale) avec la CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises).

Elle est calculée “sur la base de la valeur locative du local utilisé pour votre activité de micro-entrepreneur”. Toutefois, en l’abscence de local, une cotisation minimale s’appliquera, celle-ci déterminée en fonction du chiffre d’affaires.

CFE : Quand payer dois-je payer ?

Elle n’est pas due pendant l’année de création de votre micro-entreprise.

À partir de la deuxième année, vous pouvez uniquement la payer sur votre compte fiscal en ligne, sur sur impots.gouv.fr dans la rubrique “Votre espace professionnel”.

Les envois postaux ne sont désormaix plus traités.

Une fois identifié, accédez à votre avis pour le régler via “Consulter avis C.F.E.”. Vous avez jusqu’au 15 décembre de chaque année pour le faire !

Testez notre logiciel et profitez de 15 jours gratuits ! C’est sans carte et sans engagement !

C’est tout pour cette semaine ! Si notre article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, à le noter, et à le commenter ! Vos retours nous intéressent !

On se dit à la semaine prochaine pour un tout nouveau sujet sur notre blog, en attendant on vous souhaite une excellente année 2020, et on vous dit à très bientôt sur MicroDesk ou sur notre application !